Headline

Unseenlabs lève 20 millions d’euros pour accélérer la mise en orbite de ses nanosatellites

Unseenlabs lève 20 millions d'euros pour accélérer la mise en orbite de ses nanosatellites
La constellation d’Unseenlabs devrait regrouper 20 à 25 nanosatellites d’ici à 2025. © Unseenlabs

Après une première opération de 7,5 millions d’euros en septembre 2018, c’est aujourd’hui 20 millions d’euros que lève Unseenlabs pour asseoir ses ambitions en tant qu’acteur du new-space. L’opération est présentée comme l’une des plus importantes levées de fonds du secteur en Europe. Y participent les fonds 360 Capital, Omnes et Blue Ocean Partners, mais également Definvest du ministère des Armées et Breizh Up de la région Bretagne déjà présents au tour de table.

Un bon démarrage commercial
Après un premier lancement en août 2019, Unseenlabs a mis en orbite deux nouveaux nanosatellites baptisés “Breizh Recon Orbiter“ en novembre dernier. Capitalisant sur les données captées par sa constellation, la société se positionne aujourd’hui comme le leader européen de la géolocalisation radiofréquence par satellites de navires en mer. Son service a été lancé début 2020.

“L’année 2020 a été une bonne année pour Unseenlabs. Elle nous a permis de confirmer la pertinence de notre modèle et l’intérêt de notre offre pour les acteurs du marché”, expliquent Clément et Jonathan Galic, ingénieurs en aérospatial et co-fondateurs d’Unseenlabs  en 2015 avec leur frère Benjamin, avocat qui intervient en tant que conseiller. “Ce nouveau tour de table va nous permettre d’accélérer le déploiement de notre constellation qui devrait compter de 20 à 25 nanosatellites d’ici 2025.” La deeptech prévoit d’en lancer entre 15 et 20 sur 2021 – 2022, désormais deux par deux pour les positionner sur une même orbite.

Une technologie différenciante
Concrètement, Unseenlabs développé une charge utile de renseignement électromagnétique. Elle permet de permet de capter les ondes électromagnétiques émises par les navires, et ainsi les géolocaliser au kilomètre près, en temps quasi-réel. Ils viennent compléter les dispositifs de surveillance maritimes existant comme les radars ou les balises AIS.

Sur le marché où se déploient notamment des entreprises américaines soutenues par diverses institutions, Unseenlabs se positionne avec une technologie propriétaire différenciante. La constellation d’Unseenlabs voit ses performances se multiplier à chaque nouvelle mise en orbite. Embarquant la charge utile, chaque nanosatellite permet un point de mesure différencié et de monitorer trois zones d’intérêt différentes. “Chaque nouveau nano-satellite lancé permet d’augmenter le nombre de données captées et réduire le temps de revisite d’une zone”, explicite Clément Galic.

Différents marchés
Sur le large marché sur lequel elle opère, Unseenlabs inscrit d’abord son service de géolocalisation dans la lutte contre les infractions en mer. Elle cible alors les institutions dans le cadre des opérations liées aux actions en mer et les ONG. Le service d’Unseenlabs est par exemple utilisé par la Marine française ou ses homologues en Asie ou en Océanie.

En étendant sa constellation, et donc le nombre de données captées, la société souhaite aussi répondre aussi à la demande d’autres acteurs en matière de géolocalisation maritime comme les assureurs, les armateurs ou encore le marché des énergies en mer ou de l’intelligence économique.

A l’international
Cette opération financière, et les projets qui en découlent, doit permettre selon Clément et Jonathan Galic à Unseenlabs de “changer de dimension.” Déjà présente à l’international, la société rennaise veut renforcer sa présence à l’export. Pour ce faire, un partenariat commercial a déjà été signé en mars avec le japonais Marubeni Corporation. D’autres devraient suivre sur d’autres territoires. A Rennes, Unseenlabs emploie 18 salariés. Une quinzaine de recrutements sont prévus dans l’année pour étoffer l’équipe.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *