Headline

L’usage commercial des taxis volants pourra débuter en 2024 ou 2025, selon l’EASA

L'usage commercial des taxis volants pourra débuter en 2024 ou 2025, selon l'EASA
L’usage commercial des taxis volants pourra débuter en 2024 ou 2025, selon l’EASA © Embraer / Uber

“Je pense que l’usage commercial des taxis volants pourra débuter en 2024 ou 2025”, a déclaré Patrick Ky, directeur exécutif de l’EASA (agence européenne de la sécurité aérienne), à l’occasion d’une conférence de presse rapportée par Reuters. Le secteur de la mobilité urbaine aérienne est foisonnant. Nombreux sont les acteurs qui se lancent dans la course au développement de taxis volants ou drones de livraison.

L’EASA a affirmé que le marché de la mobilité urbaine aérienne pourrait atteindre 4,2 milliards d’euros en Europe d’ici 2030 et aboutir à la création de 90 000 emplois. Près de 31% du marché mondial de cette nouvelle technologie serait basé en Europe.

L’EASA planche sur la certification
Ce secteur semble séduire un nombre croissant de start-up et d’entreprises malgré une régulation qui n’est pas encore adaptée à ces nouveaux usages. L’EASA, qui a expliqué que le processus de certification est en cours pour certains appareils, s’attend à accorder les premières homologations pour les appareils légers d’ici 2024 environ.

La start-up allemande Volocopter fait partie des entreprises à avoir entamé cette démarche. Elle aimerait réaliser des vols de démonstrations lors des Jeux Olympiques et Paralympique de Paris en 2024 avec son aéronef électrique à décollage et atterrissage verticaux (eVTOL) VoloCity.

La rapidité de la mise en service de ces appareils dépendra aussi de la partie opérationnelle et du fait de savoir s’ils survoleront ou non des centres urbains ou des lignes de chemin de fer. L’agence européenne a expliqué se concentrer pour l’instant sur les appareils avec pilote pour le transport de passagers et les drones sans pilote pour les livraisons. Pour les véhicules pleinement autonomes il faudra encore attendre quelques années, a ajouté Patrick Ky.

71% des sondés prêts à tester ces services
Si la technologie n’est pas encore aboutie, les attentes sont déjà là. Patrick Ky s’est exprimé à l’occasion de la publication des résultats d’une étude qui a conduit à interroger aux moins 600 habitants de six villes (Barcelone, Budapest, Hambourg, Milan, Öresund et Paris). Aucune différence notable n’est à noter dans les réponses apportées par les habitants de ces différentes villes.

Selon cette enquête, 83% des répondants ont un avis positif à l’égard de la mobilité aérienne urbaine et 71% sont prêts à essayer de tels services, que ce soit des taxis volants ou des drones de livraison ou les deux. Toutefois, les personnes interrogées s’inquiètent quant à la sécurité et au bruit. Sont également exprimées des inquiétudes pour les insectes et les oiseaux ainsi que pour les cyber-attaques.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *