Headline

Thales et Atos lancent une plateforme de traitement des données sensibles pour la défense et la sécurité

Thales et Atos lancent une plateforme de traitement des données sensibles pour la défense et la sécurité
Thales et Atos lancent une plateforme de traitement des données sensibles pour la défense et la sécurité © Thales

Annoncée début mai par la ministre des Armées Florence Parly lors d’un discours à Creil sur l’intelligence artificielle, la société “Athea” voit le jour le 27 mai. Créée par Thales et Atos, elle a pour objectif de développer “une plateforme souveraine associant traitement de données massives et intelligence artificielle”, peut-on lire dans le communiqué. Elle s’adresse au secteur public et privé dans les secteurs de la défense, du renseignement et de la sécurité intérieure.

Des technologies ouvertes
La solution en développement doit être capable d’exploiter les données sensibles de façon ultra sécurisée, à l’échelle d’un pays. La joint-venture est également chargée de fournir des services d’expertise, de conseil et de formation. Aussi, elle apportera des “solutions sécurisées” et des “briques technologiques suffisamment ouvertes et modulaires”. Une initiative saluée par Florence Parly : “cela me tient particulièrement à cœur, les briques technologiques seront suffisamment ouvertes et modulaires, afin de favoriser les collaborations”.

Athea unira le meilleur de leurs compétences en matière de big data et contribuera à l’étape d’industrialisation d’Artemis”, a ajouté la ministre. Présenté en 2018 par la Direction générale de l’armement (DGA), le projet Artemis  (Architecture de Traitement et d’Exploitation Massive de l’Information multi-Sources) était l’une des composantes de la feuille de route sur l’IA du ministère des Armées. Il consistait à doter ce ministère d’une infrastructure souveraine de stockage et de traitement massif des données.

Un écosystème de partenaires
Pour développer une plateforme souveraine, la nouvelle société s’appuiera sur un écosystème de grandes entreprises, de PME, les start-up et organismes de recherche spécialisés dans le traitement de données massives et l’IA. Leurs identités n’ont pas été dévoilées.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *