Banque

Placement : ouvrir des chambres d’hôtes ou un gîte, un bon plan ?

Investir dans une activité d’hébergement, c’est surtout un investissement personnel où il faut donner beaucoup de soi pour la satisfaction de vos hôtes qui restent avant tout des clients exigeants.

Envie de goûter une retraite active tout en augmentant vos revenus, souhait de changer de vie professionnelle ? La création d’une maison d’hôtes ou d’un gite peuvent être la bonne réponse. A condition de se poser les bonnes questions.

Où s’installer ?

La réussite de votre projet nécessite de vous pencher sur le lieu que vous allez proposer. Afin de ne pas trop dépendre de la saison touristique, il peut être judicieux de jeter les amarres dans un lieu où perdure toute l’année une vie économique et professionnelle.

Les chambres d’hôtes sont des chambres chez l’habitant en vue d’accueillir des touristes, pour leur proposer des nuitées (des nuits) obligatoirement accompagnées du petit déjeuner, précise l’article D324-13 du code du tourisme. Pour pouvoir exercer votre activité sous l’appellation chambres d’hôtes, la loi limite au maximum à cinq le nombre de vos chambres d’hôtes où vous ne pourrez accueillir pas plus de 15 clients en même temps.

L’acquisition de la maison mérite toutes les attentions : elle ne doit pas être sous-dimensionnée, et il est indispensable qu’elle respecte les normes d’hygiène, de salubrité et de sécurité. Légalement, chaque chambre doit avoir une surface d’au moins 9 m2. En pratique, une surface d’au moins 12 m2 sera beaucoup plus attractive. Vous devez poser et entretenir un détecteur de fumée dans chaque chambre, et être en mesure d’en justifier en cas de contrôle selon l’article R 329-13du code de la construction et de l’habitation)

De plus, chaque chambre d’hôtes doit donner accès à une salle d’eau et à un WC. Attention aussi à la propreté des lieux : un cheveux oublié sur le lavabo, une serviette de toilette tâchée… autant de détails qui fâchent le touriste qui s’empressera d’en faire écho sur les réseaux sociaux. Rien de tel pour ruiner la réputation de votre maison d’hôtes.

Trouver les meilleurs taux pour un prêt immo

Le réflexe avant de s’installer

Avant de fixer votre choix sur un lieu, il est judicieux de consulter la liste des chambres d’hôtes, disponible en mairie pour éviter de vous installer dans une zone géographique où existe une forte concurrence.

Des règles strictes

Côté formalités administratives, il est obligatoire d’effectuer une déclaration en mairie de location de chambre d’hôtes, sous peine d’une amende. En ouvrant des chambres d’hôtes, vous créez une entreprise : vous devez donc demander votre immatriculation au Registre du commerce et des sociétés (RCS).

Si le chiffre d’affaires est modeste, votre activité sera sous le statut de micro-entreprise. Cette immatriculation sera portée à la connaissance des organismes sociaux et fiscaux, Urssaf, caisses de retraite, service des impôts afin qu’ils calculent vos cotisations fiscales et sociales à payer.

Vous fixez librement les prix que vous entendez obtenir pour vos chambres d’hôtes. Mais en application du code de la consommation, vous devez afficher à l’extérieur et à l’intérieur de la propriété les tarifs TTC. Sur les lieux d’accueil de la clientèle, vous devez indiquer le prix détaillé de chaque chambre, donc minimum, maximum, en saison, hors saison, pour une ou pour deux personnes, ainsi que le prix des services et prestations supplémentaires. N’oubliez pas de préciser sur votre affichette tarifaire si la connexion internet est payante ou offerte. Outre les lieux d’accueil de la clientèle, il est judicieux d’afficher dans chaque chambre les prix qui lui sont applicables.

Le ménage des chambres et des sanitaires est assuré quotidiennement par l’exploitant des chambres d’hôtes, il est interdit de le facturer aux clients. Vous avez également des obligations de police administrative à respecter : cela signifie que vous devez faire remplir et signer par toute personne étrangère une fiche individuelle de police comportant son état civil, sa nationalité, la date d’arrivée et la date prévisible de départ. Vous devez conserver les fiches de police pendant six mois afin de les transmettre aux autorités de police ou de gendarmerie si elles vous les demandent. Si le client étranger refuse de se soumettre à cette obligation, vous ne pouvez pas l’accueillir.

Une table gourmande pour doper votre marge

Si la location de chambre d’hôtes procure des revenus, pour autant elle n’est pas l’activité la plus rentable, la restauration offrant, elle, des marges plus confortables. Aussi, il peut être intéressant de créer une table d’hôtes en complément. Il n’existe pas de définition législative de la table d’hôtes, mais selon des réponses ministérielles de 1999 et 2015, elle doit respecter plusieurs critères. Le repas doit être pris à la table familiale, et le menu unique sans possibilité de choix. Il doit privilégier des produits du terroir. Vous pouvez proposer une table gourmande avec de bons produits frais en provenance des producteurs et des éleveurs locaux.

Vous pouvez librement proposer les boissons non alcoolisées, jus de fruit, thé, café, tisane, eau en bouteille plate ou gazeuse… Pour servir des boisons alcooliques (terme curieux employé par la loi) à l’occasion des repas, il faut suivre une formation spécifique à l’issue de laquelle vous pourrez demander un permis d’exploitation et une licence débit de boissons permettant de servir de l’alcool. La petite licence restaurant vous permet de servir des boissons fermentées non distillés, notamment vin, bière, cidre, crème de cassis. La licence restaurant, dite grande licence, vous permet de servir des alcools plus forts. En toute hypothèse, les boissons alcooliques ne peuvent être servies qu’à l’occasion des repas, il est interdit de les proposer en dehors.

Un gîte, pourquoi pas ?

Historiquement, la création du gîte rural était assortie d’avantages fiscaux, et a été initiée afin de lutter contre la désertification des campagnes. Il consiste à proposer une ou plusieurs maisons meublées à la location touristique mais ce placement immobilier comporte une limite : vous allez certes recueillir des revenus mais forcément saisonniers, puisque la demande de location est calée sur la saison touristique qui dure quelques mois. En basse saison, là où il n’ y a pas de demande, vous n’aurez pas ou peu de revenus, mais les frais fixes d’entretien continueront de courir.

Si vous en avez les moyens, rien ne vous empêche de créer une activité de chambres d’hôtes et si possible un ou plusieurs gîtes à proximité. Vous réaliserez des économies d’échelle : par exemple, pour l’entretien du linge de maison, serviettes de toilettes, draps de douche, draps de lits, couettes… vous bénéficierez de prix plus intéressants selon la quantité. Vous pouvez aussi proposer aux clients de vos gîtes les plats servis à votre table d’hôtes, mais uniquement à emporter : seuls sont admis à la table commune les hôtes hébergés chez vous.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *